Option « Rééquipement à neuf » : qu’en est-il exactement ?

Habitassure.fr

C’est actuellement l’extension-phare des assurances « Multirisques » Habitation. Le « Rééquipement à neuf » permet de contourner les effets de l’Article L121-1 du Code des Assurances, à savoir que «l’indemnité due par l’assureur à l’assuré ne peut pas dépasser le montant de la valeur de la chose assurée au moment du sinistre.» Incompréhensible ?

Projetons-nous au cœur du réel pour observer comment s’effectue le processus de remboursement dans le cadre d’une assurance habitation lambda.

Les pièges de la valeur d’usage et de la valeur à neuf

Le superbe ordinateur que vous avez acheté il y a deux ans et dont vous vantez la longévité et l’efficacité technologique à qui veut bien l’entendre ne survit pas à l’inondation qui a submergé le sous-sol où vous l’aviez installé au sein d’un confortable bureau. Fort heureusement l’appareil avait été assuré. Facture, garantie, photos, vous adressez le dossier de déclaration de sinistre à votre agence, attendez patiemment sa réponse … et découvrez qu’on ne vous indemnise que 70 % de sa valeur. Stupeur et consternation ? Non, vous êtes tout simplement confronté au mode de calcul appliqué dans le monde de l’assurance.

On n’y amortit pas les biens en fonction de leur valeur d’achat mais du prix réel qu’ils ont au jour du sinistre. Votre ordinateur a beau être le plus compétitif qui soit, au moment de l’inondation qui va avoir raison de lui, il tourne depuis deux ans, vous l’avez modifié, chargé avec moult programmes, fait fonctionner jour et nuit. Il n’est donc plus à l’état neuf, et l’assureur en tient compte dans son évaluation, faisant ainsi jouer le principe de vétusté, ou valeur d’usage. Autre paramètre de son expertise, l’assureur va tenir compte du montant d’un ordinateur neuf équivalent au vôtre au jour du sinistre. Or si votre computer valait cher il y a deux ans, avec les cours du marché, son prix de vente a baissé. Et c’est cette somme dite “valeur à neuf”, que vont intégrer les calculs d’indemnisation.

Le rééquipement à neuf : avantages et inconvénients

Cette option précise offre l’avantage de ne pas tenir compte de la vétusté pour compenser le bien à hauteur de sa valeur exacte. La chose est séduisante mais elle comprend certaines obligations :

  • racheter l’objet concerné dans les six mois suivant sa détérioration ou son vol (il faut donc avoir le budget pour, et ce n’est pas forcément évident quand il s’agit d’un produit très onéreux) ;
  • l’assureur s’il le peut choisira la réparation plutôt que le rachat, si le coût est moindre ;
  • il ne prendra pas en compte les éléments trop vieux, se limitant à ceux datant de moins de deux ans pour les polices les plus strictes, dix ans selon les plus flexibles ;
  • tout va dépendre de l’exacte estimation de vos biens, si c’est mal fait, vous ne serez pas remboursé convenablement.

Ajoutons à ces nuances que l’option «Rééquipement à neuf » fait partie des formules de luxe, qui coûtent cher ; la choisir impacte considérablement le montant des cotisations. Avant de la souscrire, vérifiez la garantie même des objets, les conditions de réparation et de remplacement proposées par les fabricants, cela afin d’éviter les doublons. Si vous désirez finalement opter pour le « Rééquipement à neuf » comparez les différentes offres et n’hésitez pas à changer d’assureur, comme le permet la loi Hamon.


Les meilleurs assureurs
sélectionnés pour vous :

A lire également :